Téléphone

+33 (0)4 75 97 20 40

Imprimer

Abonnez-vous
à la lettre d'info

Kirghizistan

Au cœur des Montagnes Kirghizes


Au cœur des Montagnes Kirghizes


Altitude et vie nomade au programme des voyages au Kirghizistan




Destination surprenante et dépaysante, le Kirghizistan saura vous séduire dès votre arrivée
Si le Kirghizistan reste encore une destination confidentielle, cet état n’en demeure pas moins un joyau brut d’Asie centrale. Encore peu couru des touristes il vous réserve à chaque détour de sentier ou croisement de routes la promesse de paysages enchanteurs et de rencontres intenses. Ce pays de steppes et de montagnes à la croisée du Moyen-Orient et de l’Asie vous invite au repos total du corps et de l’esprit ! Une rupture complète et bienfaisante qui ravira tous les amoureux des grands espaces et les inconditionnels de liberté ! En effet, le Kirghizistan est un pays enchanteur où le sourire des hôtes couplé aux lumières sensationnelles vont prodiguer à vos vacances un goût d’exception et d’humanité. Vous pourrez retrouver en terres kirghizes le sens même du partage et de la communauté au milieu de paysages grandioses. Hautes montagnes, forêts denses et lacs miroitants s’enchainent et ne sont pas sans rappeler parfois le Canada ou l’Ecosse !
Vous entrerez dans un pays de montagnes et de hauts sommets que de nombreux alpinistes chevronnés veulent mettre à leur palmarès. Mais les montagnes Kirghizes sont difficiles et les abandons et accidents sont légion. Vous trouverez sur votre route des Kirghizes ayant repris le rythme des transhumances, avec des yaks, des moutons et encore et toujours quelques chevaux. Car, le dicton kirghize qui dit « qui n’a pas de cheval n’a pas de pied » est bel et bien toujours d’actualité !
Entre traditions et passé soviétique, la vie kirghize reprend ses droits, pour notre plus grand bonheur !
Vous croiserez sur votre route de nombreux indices d’une vie soviétique passée. Bâtiments défraîchis, artères de villes perpendiculaires à perte de vue ou bien encore quelques statues imposantes de Lénine. Cet ancien temps dont de nombreux vieux Kirghizes peuvent vous parler pendant des heures est révolu. De fait le peuple kirghize a renoué avec les traditions de transhumance et les coutumes ancestrales qui leur avaient été interdites sous l’ère soviétique. Le nomadisme a reconquis des familles entières qui se retrouvent au gré des pans de montagne et des plateaux pour une joute équestre ou pour partager une lampée de koumys, du lait de jument fermenté. Les Kirghizes renouent donc depuis plus de 30 années avec les us et coutumes d’antan, permettant ainsi à la culture ancestrale de ces terres de revivre pleinement. Le mode de vie nomade, habitant sous des yourtes et voyageant au gré des pâturages, fait écho aux nomades de Mongolie, dont ils puisent leurs origines. Vous trouverez en effet, sur ces hautes terres kirghizes une atmosphère semblable à celle rencontrée dans les steppes mongoles, mais avec de plus hauts sommets en guise d’horizon. 


Voyage au Kirghizistan : les incontournables du pays 


Les villes à visiter au Kirghizistan


Bichkek
Approchant grandement le million d’habitants, la capitale kirghize, Bichkek est la plus grande ville du pays. La structuration soviétique de la ville offre de grandes artères perpendiculaires permettant de se repérer facilement dans la ville. Lieu de passage depuis des centaines d’années sur l’itinéraire de la route de la soie, Bichkek a conservé encore aujourd’hui un emplacement stratégique important. Situé au nord du pays, à quelques kilomètres seulement de la frontière avec le Kazakhstan, la ville de Bichkek est à 800 mètres d’altitude. L’altitude moyenne du pays est de 1200 mètres.


Karakol
Ce sont les montagnes de Tian Shan qui entourent la ville de Karakol, aux abords du lac Issik Kol, dans le nord-est du pays. De très hauts sommets surplombent toute la région, notamment le pic Podeby qui culmine à 7439 mètres. Située à une vingtaine de kilomètres du lac salé d’Issik Kul, la ville de Karakol est un passage apprécié des touristes. On peut y voir une mosquée-pagode, construite (sans un clou !) par la communauté doungane, d’origine chinoise et de confession musulmane. La cathédrale russe orthodoxe Sainte Trinité est également à voir, notamment en fin de journée, car les lumières des latitudes kirghizes qui baignent alors les toits et les coupoles sont incroyables ! Si vous êtes à Karakol un dimanche matin, aventurez-vous sur le marché aux chevaux de la ville, vous serez immergé dans le quotidien des habitants, nomades et sédentaires, haut en couleur.


Tash Rabat
Tash Rabat est une porte ouverte sur le passé des caravanes qui cheminaient sur la route de la soie. En effet, ce lieu est un caravansérail situé à 3500 mètres d’altitude dans le massif montagneux du Tian Shan. Le terme de Tash Rabat signifie en turc maison/édifice ou hôtellerie de pierre.  Encore en très bon état de conservation, vous pourrez y admirer l’enceinte et le dôme central et pénétrer dans les chambres des caravaniers en sous-sol. On suppose facilement que cette halte leur permettait d’avoir une nuit paisible et hors du vent. Les environs immédiats du caravansérail sont des montagnes couvertes d’herbes rases et possiblement quelques yourtes de passage. 

A voir et à faire en voyage au Kirghizistan




Le lac Issik Kul
Le lac salé d’Issyk Kul est la plus grande étendue d’eau du Kirghizistan. Situé dans le nord-est du pays, ce lac couvre une surface de plus de 6200 km². En comparaison, le lac Léman est dix fois plus petit ! 
Ce lac est un lieu de villégiature très plébiscité par les Kirghizes et les Russes. L’eau légèrement salée de ce lac lui permet de ne pas geler même en hiver, et ce malgré l’altitude et les froids qui peuvent régner en maitre de longues semaines durant. Le lac a été désigné en 1976 comme étant un site à conserver en tant que zone humide. Avant que le Kirghizistan ne devienne indépendant, les rives du lac ne comptaient pas moins de 165 établissements balnéaires dont la plupart sont aujourd’hui des témoignages sur le déclin d’un faste soviétique d’une autre époque. 


Le Fairy Tale Canyon
Ce nom peut paraitre improbable, mais il lui va pourtant si bien ! En effet, ce site naturel se pare de mille couleurs. Ce canyon ocre arbore des nuances et des dégradés féériques avec çà et là des touffes végétales d’un vert éclatant ! Ce site au sud des rives du lac d’Issyk Kul alterne collines douces et éperons rocheux. Les strates d’ocre s’élèvent dans des formes plus ou moins fines ressemblant par endroit à des cheminées de fée. Les lumières changeantes au fil des heures et au gré des saisons apportent à cet espace naturel quelque chose de magique !


Parc National Ala Archa
Situé à quelques dizaines de kilomètres au sud de Bichkek, le parc national d’Ala Archa est un espace naturel très prisé l’été et l’automne par les habitants de la capitale. Ce parc compte 20 glaciers et 50 pics qui alternent au cours de l’année des ascensions sur glace, sur rocher ou mixte. La rivière Kargay Bulak est précieuse, car elle offre un cadre de vie à la truite Amu Dariya. Les 200 km² du parc sont également connus pour abriter la présence de la très discrète panthère des neiges. 


Découvrir le Kirghizistan
De villes en cols, vous découvrirez un pays où le temps semble confus et suspendu. Les traces d’un passé soviétique côtoient des traditions ancestrales de nouveau pratiquées. L’identité kirghize offre de multiples facettes qui composent une culture passionnante. Vous pourrez sans nul doute combler vos envies de découvertes et de grands espaces. Une destination qui mérite le détour à plus d’un titre ! 
Si l’Asie centrale vous tente, n’hésitez plus, le Kirghizistan vous ouvre ses bras !


Peuples, Ethnies et Langue :
Le Kirghizistan est un pays peuplé d’éleveurs nomades d’origine mongole depuis des millénaires. Seule la vallée de Ferghana, au sud du pays, a un passé plus sédentaire. Cette région est aussi la plus densément peuplée, et Och, la deuxième ville du pays, a été pendant longtemps une ville d’étape incontournable de la route de la Soie. C’est seulement depuis l’arrivée des Russes au XIXe siècle que les nomades d’Asie Centrale ont commencé à se sédentariser, que ce soit de leur plein gré, ou de force du temps de l’URSS. Le pays ayant été peuplé uniquement par des nomades jusqu’à un passé récent, il ne possède que très peu de vestiges historiques. 
Les frontières actuelles du pays ont été tracées de toutes pièces par Staline dans les années 20. Populations Ouzbèkes et Kirghizes ont ainsi été incorporées au sein d’un même territoire. Sans doute s’agissait-il de « diviser pour mieux régner ». En résulte un fort contraste entre le sud du pays, urbanisé et agricole, et dont la population est majoritairement ouzbèke, et le nord du pays, de tradition plus nomade, et très majoritairement kirghize. Les conflits interethniques n’en sont qu’une conséquence et la vallée de Ferghana, où les deux ethnies vivent côte à côte, est souvent source de tensions. Le dernier conflit interethnique remonte à 2010. Bien que la situation se soit largement stabilisée depuis, nous n’irons pas dans cette région. Outre les Kirghizes et les Ouzbeks, qui représentent respectivement 64 et 14% de la population du pays, une importante minorité russe est également toujours présente dans le nord du pays, essentiellement dans la région de Bichkek et du lac Yssik Kol, les parties les plus « européennes » du pays. 
Kirghizes et Ouzbèkes partagent des origines communes. Tous descendent des mêmes ethnies issues de Sibérie et de Mongolie. Leurs langues respectives se ressemblent très fort entre elles, et un Ouzbek peut aisément comprendre un Kirghize, et vice versa. Ces langues font partie des langues turco-mongoloïdes, et ne sont donc pas indo-européennes. 
Le Kirghizistan a pour langue officielle le kirghize et le russe. L’ouzbek en revanche n’est pas reconnu en tant que langue officielle. Le russe est la langue sans doute la mieux comprise à travers les différentes régions du pays et c’est la seconde langue d’une bonne partie de ceux dont le russe n’est pas la langue maternelle (à l’image du français dans certains pays d’Afrique). Si vous désirez apprendre quelques bases de la langue locale avant de partir, nous vous conseillons donc de vous focaliser sur cette langue, qui est la plus répandue et la lingua franca dans les lieux publics. Connaitre quelques mots de kirghize sera néanmoins très apprécié lorsque nous serons accueillis chez des nomades. En revanche, ne comptez pas sur votre anglais : à part dans les hôtels touristiques, peu de monde le parle sous ces latitudes. 
A noter également que l’alphabet utilisé est le cyrillique. 


Budget et change :
La monnaie locale est le Som kirghize. En janvier 2019, le taux de change était 79.88 Soms pour 1 €. Vous trouverez des changeurs facilement dans les villes. Les marges sur le taux de change sont ridicules, de l’ordre de même pas 1 %. Mieux vaut donc emporter vos euros en cash afin d’éviter de devoir retirer sur place (les retraits hors UE coûtent généralement entre 5 et 10 € par retrait). Nul besoin non plus d’emporter des dollars, les euros sont largement acceptés. N’emportez pas de pièces, ils ne prennent que les billets. 
Il vous faudra échanger tous vos euros à Bichkek, car il sera très difficile, voire impossible, de les échanger une fois que l'on a quitté la ville. 
Pour ce qui est des cartes de crédit, VISA et MasterCard sont largement acceptés, pour retirer par Maestro c’est possible aussi, mais les distributeurs qui l’acceptent sont plus rares. 
Pour ce qui est du budget à prévoir sur place, un montant de 100 à 200 € devrait suffire. La vie sur place est bon marché, et un repas complet au restaurant coûte généralement aux alentours de 10 euros. Garder un peu d’argent de côté pour les pourboires sera bien sûr très apprécié, mais rien d’obligatoire, évidemment. 


Climat :
Le Kirghizistan est le pays le plus éloigné de la mer du monde ! En résulte un climat extrêmement continental, avec des hivers longs et polaires et des étés bouillants, mais brefs. Cela dit, en montagne, l’altitude adoucit considérablement la température en été, et les journées sont alors agréables. En dehors de Bichkek, nous serons sur les hauteurs durant tout le séjour, la chaleur ne devrait donc pas être un problème. 
L’ensoleillement est généralement bon en été, cela dit, en montagne, la météo peut être très changeante, et emporter un k-way ou une cape de pluie dans son sac est une précaution qu'il vaut mieux prendre !
La meilleure saison pour découvrir le Kirghizistan se situe entre juin et septembre. Dès la fin septembre, les premières rigueurs de l’hiver commencent déjà à se faire sentir, et la région se couvre alors peu à peu d’un manteau blanc. En montagne, l’hiver est encore plus long et certains cols restent fermés jusqu’à fin mai, voire début juin, à cause de l’enneigement. L’été est aussi la saison où les éleveurs nomades montent avec leurs troupeaux sur les pâturages d’été, rendant l’atmosphère unique. Les photographes apprécieront tout spécialement les mois de juin et juillet, quand les paysages sont les plus verts.  


Décalage horaire :
Le décalage horaire est de 4 heures en été et de 5 heures en hiver. Quand il est midi à Paris, il est 16 heures à Bichkek (17 heures en hiver). 


Électricité :
Le voltage et la fréquence sont plus ou moins les mêmes qu’en France (220 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils. Les prises sont européennes également (bipolaires). 


Internet : 
Certaines guesthouses (maisons d’hôtes) sont équipées du wifi, et en ville vous trouverez également des cybercafés, dont les tarifs sont dérisoires. 


false
    Accéder au comparateur
    • Annuler la sélection ?
    • Vous ne pouvez pas sélectionner plus d'élements
    https://www.point-voyages.com/fr/compare/
    Inscription à la newsletter
    La lettre d'info vous sera envoyée plusieurs fois par mois.
    Découvrez de nouveaux voyages, de nouvelles thématiques,
    et soyez alerté de nos bons plans !
    Rejoignez la communauté Point-Voyages
    false
    Nous contacter