Robben Island ©Carolina Odman
Pretoria – Jour 1 ©Droits réservés
Pretoria – Jour 1 ©Droits réservés
Freedom Park – Pretoria – Jour 2 ©Droits réservés
Hector Pieterson - Ismail Farouk_Flickr.jpg
Mandela House - James Cridland.jpg
Mandela's House.JPG
Soweto NeilJS_Flicka.jpg
Soweto RESIZE.jpg
Soweto taxi.jpg
Soweto TEDx_Flicka.jpg
Apartheid Museum - ticket d'entrée - ©Christine GR
Apartheid museum- Joao Vicente_Flickr.jpg
Rob_flicka.jpg
Constitution Hill.jpg
Old Fort Entrance.jpg
Nelson mandela museum.JPG
Qunu Village - Salymfayad_Flickr.jpg
Qunu_Landscape.jpg
Chintsa Bay 6.jpg
Chintsa - Håkon Thingstad_Flickr.jpg
Chintsa Bay.jpg
Day 13 Addo Elephant Park.JPG
Addo Elephant National Park.JPG
1.jpg
Ian Barbour_Flickr.jpg
Vaiz Ha_Flickr Tsitsikamma.jpg
thomas_Flickr.jpg
South African Tourism_Flickr.jpg
werner Bayer_Flickr.jpg
victor verster.jpg
HelenSTB_Flickr.jpg
2 Harvey Barrison_Flickr.jpg
Chris Eason_Flickr.jpg
Harvey Barrison_Flickr.jpg
David Stanley_Flickr.jpg
Bas Leenders flickr.jpg
jerome Bon_flickr.jpg
Robben Island- South African Tourism_Flickr.jpg
David Stanley_Flickr.jpg
Irene2005_Flickr.jpg
Brian Snelson_Flicka.jpg
Minibus
1 marcheur
19 jours | A partir de 2790€

Afrique du Sud - Mieux comprendre l'Apartheid

Le mot apartheid est un mot afrikaans, qui signifie « séparation ». Il désigne une politique dite de « développement séparé » des populations selon des critères raciaux et ethniques. Il fut conceptualisé et mise en place à partir de 1948 en Afrique du Sud par le Parti National et aboli le 30 juin 1991. L’apartheid est le résultat d’une politique de ségrégation raciale élaborée en Afrique du Sud depuis la fondation par la Compagnie des Indes orientales de la colonie du Cap en 1652. Dès lors, le rattachement territorial, la nationalité et le statut social dépendaient du statut racial de l’individu.
La politique d'apartheid fut le « résultat de l'anxiété historique des Afrikaners obsédés par leur peur d'être engloutis par la masse des peuples noirs environnants ». Les lois rigides qui en résultèrent, « dictées par une minorité blanche dynamique obsédée par sa survie » en tant que nation distincte, furent ainsi le résultat d'une confrontation, sur une même aire géographique, d'une société sur-développée, intégrée au premier monde avec une société de subsistance, encore dans le tiers monde, manifestant le refus de l'intégration des premiers avec les seconds.
Durant l’Apartheid, les noirs n’avaient pas le droit de vote, les blancs et les noirs ne pouvaient pas se marier ensemble, les noirs devaient porter sur eux un passeport intérieur spécialement conçu pour eux qui leur servait à se déplacer (Nelson Mandela brûlera le sien), l’accès aux lieux publics étaient restreints en fonction de la couleur de peau.
Les critiques contre l’apartheid commencent à prendre de l’ampleur après le massacre de Sharpeville (1960) et dans un contexte mondial de décolonisation. On note en particulier l’exclusion de l’Organisation Mondiale de la Santé ou du Bureau International du Travail. Des sanctions internationales contraignantes sont imposées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies après les émeutes de Soweto. Des réformes tardives et trop peu ambitieuses (autorisation de syndicats mixtes, ouvertures des lieux publics à toutes les communautés) du gouvernement de Pieter Botha (1984-1989) n’empêchent pas la multiplication des sanctions internationales bilatérales. Dans le même temps, les townships deviennent ingouvernables.
En août 1989, Frederik de Klerk arrive au pouvoir. Le 11 février 1990, après 27 ans d’emprisonnement, Nelson Mandela est libéré. Les dernières lois piliers de l’apartheid sont abolies en juin 1991. Des négociations entre le gouvernement, le congrès national africain, le parti national et les principaux partis politiques sud-africains donnent naissance à une constitution intérimaire et aux premières élections parlementaires non raciales au suffrage universel le 27 avril 1994. Nelson Mandela est élu premier président noir d’Afrique du Sud le 10 mai 1994. Pour avoir pacifiquement mis fin à la politique d'apartheid et entamé des négociations politiques, Nelson Mandela et Frederik de Klerk reçoivent conjointement le Prix Nobel de la paix en 1993.

Plus d'informations
Réserver votre voyage
Comparer
https://files.point-voyages.com/pictures/robben-island-carolina-odman_0000008860acfin5tsid_xs.jpg
Mieux comprendre l'Apartheid
Comparer
https://files.point-voyages.com/pictures/robben-island-carolina-odman_0000008860acfin5tsid_m.jpg
Afrique du Sud

Ajouter à ma liste d'envies

Abonnez-vous
à la lettre d'info

Points Forts & Environnement

Les points-forts
- Le District 6 Museum et l'Apartheid Museum
- Mthatha, Stellenbosch et Paarl
- Le Freedom Park à Pretoria
- Johannesburg (avec le célèbre quartier de Soweto et la Mandela House)
- La rencontre avec des militants et des membres d’associations
- Cape Town (Cape Point, Table Mountain, Robben Island...)
- Les sites de Oudtshoorn, Knysna et Addo Elephant Park

Environnement

Itinéraire

J1 : Vol Paris/Johannesburg. J2 : Johannesburg - Pretoria. J3 : Pretoria. J4 : Johannesburg. J5 : Johannesburg - Vol pour Durban. J6 : Durban - Mthatha. J7 : Mthatha - Chintsa. J8 : Chintsa. J9 : Chintsa - Parc national Addo Elephant. J10 : Parc national Addo Elephant - Knysna - Garden Route. J11 : Knysna - Oudtshoorn. J12 : Oudtshoorn - Paarl. J13 : Paarl - Stellenbosch - Cape Town. J14 : Cape Town. J15 : Cape Town. J16 : Cape Town. J17 : Cape Town. J18 : Cape Town/Paris. J19 : Paris.

Jour par jour

Jour 1 : Vol Paris - Johannesburg
Vol Paris-Johannesbug. Nuit à bord.

Jour 2 : Johannesburg - Pretoria
Arrivée à l'aéroport de Johannesburg. Transfert immédiat vers Pretoria (capitale administrative de l'Afrique du Sud).
Dès votre arrivée, visite sur la journée de cette ville autrefois très majoritairement afrikaner, devenue le symbole de l'apartheid lors de la seconde partie du XXe siècle.
À partir de 1960, Pretoria était devenue un modèle d'apartheid urbain avec la prise en compte de la politique de bantoustanisation. De nouveaux townships comme Garankuwa, Mabopane et Temba furent construits hors de la zone urbaine de Pretoria.
Les Bantoustans, ou "diviser pour mieux régner" :
Les bantoustans étaient les régions créées durant la période d'apartheid en Afrique du Sud et au Sud-Ouest africain, réservées aux populations noires et qui jouissaient à des degrés divers d'une certaine autonomie. Il s'agit de confiner les Noirs dans leurs réserves. Se fondant sur un discours d'apparence bienveillante « Les Noirs ont droit à leur territoire pour gérer leurs propres affaires », « ils ont le droit de pratiquer leur langue et leur culture comme ils l'entendent », le gouvernement dessine bientôt dix régions promises à l'autonomie. Dépourvus d'infrastructures et d'industries, les bantoustans ne sont pas viables. En 1951, le gouvernement de Daniel François Malan décrète le « Bantu Authorities Act » qui instaure les bantoustans alloués aux différents groupes ethniques d'Afrique du Sud. Au total, ce sont 13 % de la superficie du pays qui sont occupés par ces bantoustans, le reste étant réservé à la population blanche.
Déjeuner et dîner libre.
Nuit à l'hôtel.

Jour 3 : Pretoria
Après le petit-déjeuner, excursion à Freedom Park, sur la colline de Salvokop : inauguré en 2007, ce monument est dédié à la mémoire de tous les sud-africains tuées dans les guerres et conflits auxquels a participé l'Afrique du Sud, que ce soit dans le cadre de la lutte contre l'apartheid mais aussi dans le cadre des deux guerres des Boers.
Commission de vérité et réconciliation, kesako ?
Elle fut chargée de recenser toutes les violations des droits de l’homme commises depuis le massacre de Sharpeville en 1960 afin de permettre une réconciliation nationale entre les victimes et les auteurs d’exactions. L'objet de cette commission concerne les crimes et les exactions politiques commis au nom du gouvernement sud-africain mais également les crimes et exactions commis au nom des mouvements de libération nationale. Elle fut, à sa création, présidée par Mgr Desmond Tutu.
Sur la route vers Johannesburg, arrêt à Kleinfontein – enclave afrikaner.
Les catégorisations de l’apartheid, 4 groupes raciaux hiérarchiquement distincts :
- les blancs : 21% de la population sud-africaine au moment de la mise en place de l'apartheid. Ce sont des descendants d’immigrants européens, 60% d’Afrikaners (souche néerlandaise) et 40% d’anglophone (principalement britanniques).
- les noirs : 67% de la population sud-africaine, une dizaine d’ethnies (Xhosas et Zoulous sont les plus connues)
- les coloured : mélanges interraciaux, 9%
- les indiens : 3%
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 4 : Johannesburg
Excursion sur la journée à Soweto et Mandela House.
Soweto (SOuth WEstern TOwnship) : Soweto fut conçu pour recevoir des résidents uniquement noirs. Soweto a connu un accroissement démographique fulgurant, marqué par la construction de bidonvilles et l'insuffisance des services publics, incapables de s'adapter à la demande en électricité et en eau potable. En 1976, les émeutes de Soweto firent entrer le township dans l'actualité internationale quand le gouvernement rendit obligatoire l'enseignement de la langue afrikaans. Durant les années 1980, le township est le symbole de la résistance noire à l'apartheid.
La visite s’attardera également sur la visite de l’Hector Pieterson Museum qui présente les évènements qui ont conduit aux manifestations de Soweto survenues le 16 juin 1976 et qui s'élevaient pacifiquement contre les lois d'apartheid sur l'enseignement.
Mandela House : La maison devient à partir de 1997 un des musées emblématiques du pays sur les thèmes : « Droits de l'homme, lutte anti Apartheid, démocratie, réconciliation, respect et tolérance entre les peuples d'Afrique du Sud ... ». En 1999 la maison, proche de celle du célèbre archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix en 1984, est déclarée monument national.
Dîner libre. Nuit à l'hôtel.

Jour 5 : Johannesburg - Vol pour Durban
Musée de l’apartheid et autre prison mythique dans laquelle Mandela fut emprisonné : Constitution Hill.
Transfert à l’aéroport de Johannesburg pour le vol domestique Johannesburg-Durban.
Cet apartheid mesquin choque, mais le Bantu Éducation Act est encore plus grave, car il enlève aux Noirs la possibilité de progresser. « Quelle est l'utilité d'apprendre les mathématiques à un jeune bantou s'il n'a pas à s'en servir? » s'exclame Verwoerd (Premier ministre d'Afrique du Sud de 1958 à 1966). En d'autres termes l'éducation pour les Noirs doit se limiter à ce qu'on exigera d'eux dans la vie professionnelle, à savoir des tâches d'exécution. L'enseignement séparé se met en place à coups de subventions ou d'amendes.
Petit et Grand Apartheid
L'apartheid, terme générique, est divisé en deux branches : le "petit apartheid", qui limite les contacts des Blancs avec les non-Blancs, et le "grand apartheid", qui définit l'espace en zones géographiques séparées et ethniquement déterminées.
Le "petit apartheid" concerne surtout les transports publics et plus généralement les lieux ouverts au public.
Le "grand apartheid" culmine avec le regroupement forcé des Noirs, en fonction de leur origine tribale et de leur langue, dans des bantoustans destinés à devenir des "pays indépendants".
Résultat : un grand pays riche et prospère peuplé de Blancs sud-africains accueillant un grand nombre de travailleurs noirs immigrés, citoyens de bantoustans très pauvres "indépendants" ou "autonomes" ; ces derniers produisant les richesses dont les premiers profitent.
Déjeuner et dîner libres. Nuit en Guesthouse.

Jour 6 : Durban - Mthatha
Après le petit-déjeuner, départ très matinal de Durban en direction du sud, le long de la côte Kwazulu Natal. Puis à l’intérieur des terres vers la ville de Mthatha (précédemment nommée Umtata), la maison de nombreux leaders sud-africains – incluant Walter Sisulu, Bantu Holomisa, et Nelson Mandela. Le musée de Nelson Mandela se trouve dans cette ville, en se concentrant sur la longue promenade Mandela pour la liberté et une exposition de cadeaux reçus par Nelson Mandela au nom du peuple sud-africain.
Visite du lieu de naissance de Mandela, visite du musée de Nelson Mandela, du centre Mandela Youth & Heritage (jour 6 ou 7 selon itinéraire) et Bhungu Building.
Noirs et autres groupes désavantagés trouvent en l’ANC leur principal porte-parole. La charte de la liberté (Freedom Charter - 1955) à l’initiative des délégués de l’ANC évoque les bases fondamentales de leurs revendications et est signée par 1 million de personnes. À la suite de l'adoption de ce texte, 156 membres de l'ANC et des organisations alliés sont arrêtés et accusés de haute trahison pour avoir prôné le renversement du gouvernement. On trouve parmi eux Nelson Mandela. Au niveau politique, un pas est également franchi lorsque les populations coloured sont retirées des listes électorales.
L'opposition a beau intenter des procès, l'ANC manifester, les Nations unies protester, rien ne fait dévier le gouvernement nationaliste. Les investisseurs affluent avec l'ouverture de mines d'or dans l'Orange ou la découverte de phosphates à Phalaborwa et les électeurs reconduisent les nationalistes au pouvoir.
En 1961 une branche militaire de l’ANC est fondée et lance une campagne de sabotage, visant bâtiments officiels. Cela fait suite au massacre de Sharpeville en 1960 et à l’interdiction de l’ANC la même année. Les chefs de cette branche se font rapidement arrêter – notamment Nelson Mandela. Ils seront acquittés en 1961. Cependant ce dernier est condamné à perpétuité pour terrorisme lors du procès de Rivonia avec d’autres chefs de l’ANC sur l’île de Robben Island.
Déjeuner et dîner libres. Nuit en Guesthouse.

Jour 7 : Mthatha - Chintsa
Étant à Qunu (village d’enfance de Mandela), nous pourrons visiter les vestiges de l’école primaire de Mandela, la roche sur laquelle il glissait avec ses amis, et le cimetière où ses parents, fils et fille sont enterrés. Toutes ses activités peuvent etre effectuées le jour 5 selon le temps et le timing des visites.
Qunu est un village où les femmes portent encore les vêtements traditionnels et les jeunes hommes travaillent à la ferme, offrant un sentiment de retour dans le passé et de retrouver les racines profondes de Nelson Mandela. Nous continuons ensuite la journée en retournant sur la côte et dans le petit village côtier de Chintsa.
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 8 : Chintsa
Journée libre. Possibilité d'activités optionnelles disponibles ou possibilité de se détendre, se relaxer et apprécier la beauté naturelle des plages côtières.
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 9 : Chintsa - Parc national Addo Elephant
En quittant la côte nous continuons notre journée dans le parc national Addo Elephant pour un safari d’une demi-journée. Un succès dans la conservation de référence. Addo offre un habitat de vie sauvage unique, connus pour ses éléphants. Nous passons l’après-midi à bord de notre véhicule pour un safari, à la recherche de l’éléphant, du rhinocéros noir, du lion, du buffle et du léopard.
Déjeuner libre. Dîner et nuit à l'hôtel.

Jour 10 : Parc national Addo Elephant - Knysna - Garden Route
Ce matin, après le petit déjeuner, notre journée commencera dans une région d’une beauté saisissante le long de la côte sud de l’Afrique du Sud, connue sous le nom de Garden Route. En route pour Knysna, nous nous arrêtons dans la forêt de Tsitsikamma pour faire une randonnée sur un petit sentier, où nous pourrons explorer la brousse côtière et le rivage rocheux.
Knysna : le nom de cette ville fut révélé aux français durant l'été 2010, alors que l'équipe nationale de football s'apprêtait à vivre les moments les plus absurdes de son histoire, avec notamment l'épisode du bus...
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 11 : Knysna - Oudtshoorn
Après avoir visité Knysna, nous nous dirigeons vers les montagnes d’Outeniqua dans le Little Karoo (région sèche) pour rejoindre la ville d’Oudtshoorn. Le repas se passe dans une ferme locale d'élevage d’autruches puis nous partons pour les célèbres Cango Caves, avec ses impressionnantes stalagmites et stalactites, avant de passer la nuit dans la capitale de l’autruche.
Déjeuner libre. Dîner et nuit à l'hôtel.

Jour 12 : Oudtshoorn - Paarl
Nous laissons le désert derrière nous et continuons notre séjour par la ville de Paarl, localisée au cœur des Winelands (à partir desquels nous pourrons profiter d’une dégustation de vin).
Sur la route nous passons devant le centre correctionnel de Drakenstein (nommé aussi Victor Verster Prison) où Mandela était incarcéré avant sa libération en 1990. L’après-midi, dégustation de vins de la région. Paarl est également connu pour être le berceau des pensées prônant l’Apartheid.
Dans les années 70 et 80, les Afrikaners n’ont plus la crainte pathologique de perdre leur identité nationale, mais 3 facteurs viennent néanmoins remettre en cause leur foi dans la suprématie naturelles des Afrikaans : les condamnations internationales dont l'Afrique du Sud fait l'objet pour sa politique d'apartheid (exclusion du comité international olympique en 1968, en 1973 une convention internationale votée par l'assemblée générale des Nations Unies qualifie l'apartheid de crime contre l'humanité); la montée de la contestation interne des Noirs à partir de 1976; l'opposition grandissante des pasteurs afrikaans, issus de l'église réformée hollandaise (qui condamne l'apartheid en 1986). En notera également l’exclusion du représentant sud-africain de l'Assemblée Générale des Nations Unies, les émeutes de Soweto à la suite de l'adoption d'un décret imposant l'Afrikaans comme langue d'enseignement générale ou l’embargo onusien sur les ventes d'armes destinées à l'Afrique du Sud à la suite de la répression des émeutes de Soweto.
Déjeuner libre. Dîner et nuit à l'hôtel.

Jour 13 : Paarl - Stellenbosch - Cape Town
Stellenbosch et son université, « bastion de l’ombre de l’apartheid ». Là où tous les hommes politiques à l’origine de l’apartheid ont étudié. Vous Possibilité de nouvelles dégustations de vin.
En juin 1948, l’alliance du Parti National et du Parti Afrikaner remporte la majorité des sièges. Dès lors, le terme récurrent des gouvernements nationalistes successifs sera la défense du peuple blanc d’Afrique du Sud. Il s’agit de conforter la suprématie blanche et promouvoir la culture afrikaner. Des peuples de races différentes ne peuvent pas vivre ensemble dans l’égalité et l’harmonie.
Les lois mises en place ont pour but existentiel de préserver l’identité du « Volk » (le peuple afrikaner). Le refus de toute mixité génétique et raciale est inscrit dans la loi de 1949 (interdictions des mariages interraciaux puis des relations sexuelles interraciale en 1950, auxquelles s’ajoutent les lois d’habitation séparée ou loi de classification de la population). Cette législation ne rencontre guère d'opposition et laisse indifférente la grande majorité de la population blanche. Dès les années 50, la tendance du gouvernement est le sacrifice de l’intégrité territoriale et des relations sociales au profit d’un ordre racial. En 1952 la loi des laissez-passer est mise en place – sorte de passeport intérieur- pour les noirs.
À partir de 1953 et de l'entrée en vigueur de la loi concernant les accès aux services et aux lieux publics, les panneaux «Europeans Only» (Seulement pour Européens) «Native only» (Seulement pour Natifs) et «Coloured Only» (Seulement pour Métis) devenus obligatoires se multiplient dans tous les lieux publics du pays. Le droit de grève est retiré aux travailleurs noirs et via la loi de relocalisation des indigènes, les populations noires sont déplacées des zones déclarées blanches.
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 14 : Cape Town
Visite de la ville avec notamment le Cape Town Peace Walk.
Un an après l’arrivée de Frederik de Klerk au pouvoir, l’ANC est légalisé et Nelson Mandela libéré. En 1991, les dernières lois piliers de l’apartheid sont définitivement abolies. Nelson Mandela et Frederik de Klerk reçoivent en 1993 le prix Nobel de la paix.
Après plus de 40 ans d’existence, l’apartheid est définitivement aboli. Mais les années de ségrégations raciales qu’a connues l’Afrique du Sud restent toutefois profondément ancrées dans les mentalités de chacun. Ainsi, le pays va amorcer une phase de réconciliation nationale et internationale sous la présidence, pour la première fois, d’un représentant de la majorité noire. Pour cela, la commission vérité et réconciliation est mise en place pour clarifier les torts de chacun. Mais après les inégalités raciales, reste à combattre les inégalités sociales.
La visite du matin est complétée par une excursion à Bo-Kaap, abritant une forte concentration de Cape Muslims (Musulmans du Cap), lesquels sont les descendants de populations originaires de l'actuelle Malaisie, d'Inde et d'Indonésie qui furent déportés par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à partir du XVIIe siècle afin de servir de main-d'oeuvre dans la colonie. Un des quartiers les plus pittoresques de la métropole sud-africaine en raison de la persistance de nombreuses ruelles pavées, de maisons peintes de couleurs pastels et de mosquées dont l'architecture rappelle celle de l'Asie du sud-est.
La soirée sera consacrée à la rencontre d’anciens activistes contre l’apartheid, afin de recevoir des témoignages saisissants de ces témoins des horreurs du passé.
Déjeuner libre. Dîner avec un ancien activiste opposé au régime de l’apartheid. Nuit à l'hôtel.

Jour 15 : Cape Town
Excursion matinale à Robben Island selon la météo. Rencontre saisissante avec un ancien geôlier de Mandela.
Visite de Table Mountain l’après-midi – retour en funiculaire.
La coupe du monde de rugby de 1995 en Afrique du Sud : ou comment Mandela s’est servi de cet évènement sportif pour réconcilier sa nation
Il s'agit de la première participation de l'Afrique du Sud à une coupe du monde après leur réinsertion dans le rugby international en 1992. En 1995, l'Afrique du Sud organise la coupe du monde de rugby à XV. Nelson Mandela commence son mandat en tant que président du pays. Contre l'opinion de ses partisans, il sent dans l'événement sportif la possibilité de créer un sentiment d'union nationale derrière l'équipe des Springboks, symbole durant plusieurs décennies des Blancs d'Afrique du Sud, de leur domination et de l'apartheid.
Les Springboks battirent l'équipe de Nouvelle-Zélande, les All Blacks, en finale par 15-12. Les Springboks, très longtemps un des symboles de l'apartheid, gagnent devant le président noir Nelson Mandela, avec son soutien. Nelson Mandela a fait de cette compétition un enjeu dans la réconciliation des différentes communautés comme le suggère le film Invictus de Clint Eastwood.
Il s’agit de composer une nation "arc-en-ciel", où toutes les communautés cohabitent. L’Afrique du Sud est même décrite comme étant un monde en un seul pays à cause de la diversité de sa population et de ses cultures. Bien que ces différentes cultures se côtoient depuis des années, nombreux sont les Sud- Africains qui n’ont pas encore pris la mesure de la diversité de la société sud-africaine.
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 16 : Cape Town
Visite du musée District 6 + Victoria Wharf - 4 statues de taille humaine qui représentent les 4 principales figures de la réconciliation du peuple, dont celles de Nelson Mandela et Frederick De Klerk + visite guidée d’un township local.
Dans la soirée, nous assistons à la projection du film Mandela : Long Walk to Freedom (2013).
Le poids des sanctions internationales : l’exemple du boycott culturel et sportif
L'exclusion des compétitions sportives porte un coup au moral de la population blanche et joue un rôle dans le recul de la politique d'apartheid. Le comité exécutif du comité international olympique décide d’exclure l’Afrique du Sud des jeux olympiques de Mexico (1968). En 1976, l’Afrique du Sud est indirectement la cause du boycott des jeux olympiques de Montréal. Elle est également exclue des jeux paralympiques en 1985. La tournée faite par les Springboks en 1981 en Nouvelle-Zélande est marquée par des mouvements de protestation contre l'apartheid. Plus aucun pays n'accepte d'organiser de rencontres avec l'équipe de rugby sud-africaine, emblématique de la population blanche sud-africaine. Les Springboks sont isolés et privés de rencontres sportives internationales.
Dans les années 80, les changements sont ambivalents : en 1979 on assiste à un assouplissement dans la réglementation du travail : les travailleurs noirs sont autorisés à se syndiquer ce qui amène à la création de la "National Union Mineworkers" mais aussi en 1982 à la création du parti conservateur demandant un retour à un apartheid strict. S’en suivent les attentats de Church Street à Pretoria - le plus sanglant des attentats commis au nom de la lutte contre l'apartheid.
En 1984, la nouvelles constitution entre en vigueur et crée un parlement tri caméral, ouvert aux indiens et au métis. La même année, le prix Nobel de la paix est décerné à Desmond Tutu, archevêque anglican du Cap et figure emblématique de la lutte contre l’apartheid.
Ceci n’empêche pas les révoltes dans les townships ou la déclaration de l’état d’urgence dans le pays. Cependant en 1986 les lois symboliques de l’apartheid sont abolies. Malgré ceci, les Etats-Unis adoptent encore des sanctions économiques contre l’Afrique du Sud.
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 17 : Cape Town
Excursion sur la journée à Cape Point.
La journée commence par un voyage le long de la côte Atlantique vers Hout Bay, un village et un port de pêche charmant avec des vues magnifiques de montagnes et de plages. Ici nous prenons un bateau pour l’île aux Phoques. Nous continuons sur Chapman Peak, l'un des littoraux à couper le souffle, vers Cape Point et la réserve naturelle de Bonne Espérance. La réserve est riche d’une magnifique végétation de fynbos, oiseaux, espèces d'antilopes et zèbres, un phare historique et d’épaves. Après le déjeuner dans un restaurant de proximité (non inclus dans le prix), nous irons dans la ville de Simon, un village avec une charmante architecture victorienne, une base navale et une large colonie de pingouins sur la plage de Boulders. Retour en ville.
Malgré l’apartheid, l’Afrique du Sud a su se redresser assez vite. Elle a connu de très grandes avancées dans des domaines aussi différents que l'accès à l'eau, au logement, à l'école et à l'université. Économie puissante, l'Afrique du Sud fait partie des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). L'Affirmative Action (la discrimination positive) a permis l’accès de nombreux Noirs dans l'économie, la politique, la culture et l'enseignement. Pourtant le chômage des Noirs avoisine les 40 %, la lutte contre le sida avait souffert d'un aveuglement politique et la réforme agraire, très attendue, se faisait très lentement puisque 80 % des terres appartenait toujours aux Blancs. L’Afrique du Sud est le deuxième pays le plus violent au monde après la Colombie. Vols, crimes sexuels, meurtres… la violence n'oppose pas les Blancs aux Noirs mais touche les laissés-pour-compte de la croissance économique.
Une nation plurielle : l’exemple de l’hymne
L'hymne national d'Afrique du Sud est, depuis 1997, la combinaison de l'ancien hymne national adopté en 1928, Die Stem van Suid-Afrika avec le populaire chant africain adopté par les mouvements anti-apartheid, Nkosi Sikelel' iAfrika. Les paroles alternent les cinq langues les plus parlées (xhosa, zulu, sesotho, afrikaans et anglais) parmi les onze langues officielles que compte l'Afrique du Sud...
Déjeuner et dîner libres. Nuit à l'hôtel.

Jour 18 : Cape Town/Paris
Journée libre puis transfert à l'aéroport pour un retour en France. Nuit à bord.

Jour 19 : Paris
Arrivée à Paris.

Infos pratiques

Départ garanti : 8 personnes
Groupe limité à : 15 personnes

Tarifs :
Notre politique tarifaire est de vous faire payer le prix le plus juste, en tenant compte des variations de tarifs liées au nombre d'inscrits.
Le tarif indiqué dans le tableau ci-dessus est un tarif pour un groupe entre 8 et 12 personnes.
Si le groupe atteint 13 à 15 pers., une remise de 200 €/pers. vous est alors offerte.
En revanche si le groupe se limite à :
- 7 pers., un supplément de 200 €/pers. vous est alors proposé, puis facturé.
- 6 pers., un supplément de 300 €/pers. vous est alors proposé, puis facturé.
- 5 pers., un supplément de 400 €/pers. vous est alors proposé, puis facturé.


Niveau :
Aucune difficulté technique... si ce n'est des balades de 2 à 3h de marche par jour maximum, et sans difficulté technique.


Infos vols :
Vols réguliers avec South African Airways, Air France, KLM, British Airways, Qatar Airways, Emirates…


Hébergement :
Nuits en hébergements fixes composés de lodges, de chalets, de Guesthouse et d'hôtels plus classiques... La plupart ont une salle de bains privée avec douche ou baignoire et toilettes et seulement quelques-uns où les commodités seront partagées. Certaines propriétés sont équipées de piscines et de bar.


Encadrement :
Pour un groupe entre 5 à 9 personnes l'accompagnement est assuré par un guide-chauffeur francophone. Pour un groupe entre 10 et 15 personnes l'accompagnement est assuré par un guide francophone et un chauffeur anglophone.


Passeport :
Pour les ressortissants français : Passeport valable 6 mois après la date de retour.


Vaccins :
Fièvre Jaune conseillée (non obligatoire) pour les ressortissants Français voyageant en Afrique du Sud. Obligatoire si vous revenez d'un pays infecté avant votre voyage.


Ce circuit comprend :
- Le transport aérien (vols internationaux + vol(s) domestique(s))
- Les transports terrestres
- Les transferts aéroport
- Les petits déjeuners
- Les hébergements
- L'équipe d'encadrement
- Guide accompagnateur francophone
- Le déjeuner du Jour 4
- Les dîners des Jours 9, 11, 12 et 14

Ne comprend pas :
- L'assurance "Multirisque +" au tarif de 3,5% du forfait HT
- L'assurance "Annulation +" au tarif de 2,5% du forfait HT
- Les dépenses personnelles
- Les boissons (eau minérale, sodas, bière…)
- Les pourboires (facultatif et à votre convenance)
- Le supplément en chambre single (Facultatif et sur demande 390 €)
- Tous les déjeuners et dîners non cités dans "ce circuit comprend"

Dates & prix

Aucune date pour le moment

Je souhaite être alerté(e) lorsque les nouvelles dates et prix seront disponibles

[KEY_MAP] - Afrique du Sud - Mieux comprendre l'Apartheid
Voyager pour :
Comprendre
Rencontrer
Découvrir
  • Histoire
  • Culture & Religion
  • Géo-Politique
  • Population & Ethnies
  • Grands Espaces
  • Faune & Flore
Réserver votre voyage

Notre sélection : Afrique du Sud

Expédition Australe: Du Cap aux chutes Victoria
Départ confirmé
Af-Sud/Namibie/Botswana/Zimbabwe
24 jours | A partir de 3195€
Minibus
Safari
1 marcheur
Mieux comprendre l'Art Rupestre au Lesotho
LESOTHO - AF-SUD
24 jours | A partir de 3890€
4x4
Culture & Festival

Nos exclusivités

Exploration Rupestre au Tibesti
TCHAD
25 jours | A partir de €
4x4
1 marcheur
Expédition scientifique - Lacs et cratères du Borkou
TCHAD
21 jours | A partir de €
4x4
1 marcheur
Trek dans le Massif de l'Emi Koussi
TCHAD
18 jours | A partir de 3995€
Trekking
Ascension
Portage chameau
Afrique du Sud - Mieux comprendre l'Apartheid

Je souhaite être alerté(e) lorsque les nouvelles dates et prix seront disponibles

Civilité
Nom
Prénom
Email

false
    Accéder au comparateur
    • Annuler la sélection ?
    • Vous ne pouvez pas sélectionner plus d'élements
    https://www.point-voyages.com/fr/compare/
    Inscription à la newsletter
    La lettre d'info vous sera envoyée plusieurs fois par mois.
    Découvrez de nouveaux voyages, de nouvelles thématiques,
    et soyez alerté de nos bons plans !
    Rejoignez la communauté Point-Voyages
    false
    Nous contacter