Tous nos voyages pour le Sénégal

Un concentré d'Afrique de l'Ouest !


Le Sénégal est la destination idéale pour une première immersion africaine ; Outre ses plages magnifiques propices aux activités balnéaires, ce pays offre une richesse naturelle et culturelle des plus intéressantes. Parcs protégés et réserves naturelles s’ouvrent aux safaris pour la découverte d’une faune représentative de toute l’Afrique de l’Ouest. Entre savane, mangrove, paysages sahéliens et nature luxuriante de la Casamance, c’est une variété de paysages qui s’offrent à vous. L’histoire y a marquée sa place : Saint-Louis vous dévoilera ses édifices hérités du passé colonial et l’île de Gorée sera révélatrice de la grande traite négrière en Afrique. Mais le Sénégal c’est aussi cette hospitalité chaleureuse et des rencontres avec des civilisations pluriethniques qui se prêteront tout au long de votre séjour à des moments de palabres, d’échanges et de convivialité.

Découvrir le Sénégal


Peuples, Ethnies et Langue :

Ethnies :
Du fait de sa position géographique et de ses aspects historiques, on retrouve de nombreux groupes ethniques au Sénégal. Les Wolof : Ils représentent 40 % de la population et se répartissent sur l’ensemble du territoire, plus principalement dans les villes. Ce sont à l’origine un peuple d’agriculteurs spécialisés dans la culture d’arachides. Les Sérère : Ils représentent 18% des sénégalais, et sont implantés plus particulièrement dans la région côtière du Sine Saloum. Ils vivent de la culture et de l’élevage. Les Peul : Ces nomades du désert représentent 12% de la population ; Aujourd’hui, on les trouve avec leurs grands troupeaux de bétail, aux abords du fleuve Sénégal et en Casamance. Les Toucouleur : Ils représentent 10% des sénégalais ; A l’origine agriculteurs, ils s’orientent de plus en plus aujourd’hui, vers les villes. Les Mandingue (anciens guerriers musulmans), les Diola (communauté de cultivateurs, dominante en Casamance), représentent chacun 9% de la population.

Langue :
Ancienne colonie française, le français est la langue officiellement parlée et enseignée au Sénégal (plus de 50% de la population la pratique notamment dans les villes). Mais le Wolof est la langue la plus parlée, puisque 80% des sénégalais l'utilisent.

Religion :
Près de 80% de la population sénégalaise est musulmane ; cette religion est pratiquée par les Wolofs, les peuls, les madingues, les toucouleurs... Le christianisme et les cultes traditionnels ont près de 20% de fidèles.

Climat :
Le Sénégal appartient à la zone intertropicale ; aussi, il affiche 2 saisons dont les manifestations évoluent légèrement entre le littoral (plus humide) et les terres. Les températures tout au long de l’année varient de 18 à 35°C.
-la saison sèche : Elle se situe entre octobre et juin ; Le ciel y est d’un bleu limpide et les températures sont élevées. Durant cette période, L’Harmattan, ce vent provenant du Sahel, vient assécher l’air.
-la saison des pluies : Elle se situe entre juillet et septembre ; Les pluies peuvent parfois être importantes et violentes, mais cela est très variable notamment dans le nord et centre du pays qui étant sous influence sahélienne, sont beaucoup moins arrosés.
La meilleure saison pour se rendre au Sénégal est de novembre à juin.

Que voir durant votre voyage au Sénégal :

-Dakar et sa région :
Dakar est la capitale du Sénégal ; C’est une ville en constante mutation, très agitée, symbole d’une « Afrique en marche » ! Dakar reste néanmoins envoutante par ses vieux quartiers (vestiges de l’héritage colonial), mais également par ses atouts culturels (musées) et artistiques.
De nombreuses manifestations de musique et de danses s’y tiennent chaque année, réunissant la communauté africaine mais également des artistes et visiteurs venus des 4 coins du monde (Dak’Art, Kaay Fecc, Africa fêtes…). Ambiance festive assurée !
Echappez-vous de la fiévreuse Dakar en prenant le ferry direction l’île de Gorée, située au large de la capitale ; Classée au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1978, c’est un havre de paix regroupant de nombreux musées (dont « la maison des esclaves martyrs », symbole de la traître négrière), des maisons coloniales aux charmes désuets posées au milieu d’une multitude de bougainvilliers !

-Région du Siné Saloum :
Le delta du Saloum est considéré comme l’un des espaces naturels les plus beaux et surprenants du Sénégal. Classé Réserve mondiale de la Biosphère par l’Unesco, il couvre plus de 330 000 ha, dont 9 forêts classées, 2 réserves naturelles appartenant à des communautés et 2 réserves marines protégées. La visite se fait dans un premier temps sous forme de safari pédestre ou en véhicule, puis sur une barque sur les bolongs (bras d’eau serpentant dans la mangrove), entre les nombreux ilots. Le Delta du Saloum est le refuge de milliers d’oiseaux et de nombreux mammifères (phacochères, antilopes, singes, lamantins…) et reptiles (crocodiles, serpents…)

-Saint Louis et la région du Fouta dans le nord du Sénégal :
Saint-Louis est la seconde ville du Sénégal reconnue notamment pour son festival « Saint Louis Jazz » qui concentre les meilleurs artistes dans ce domaine.
Saint Louis c’est aussi une ville au calme à l’ambiance « petit bourg », dans laquelle il fait bon déambuler pour apprécier l’architecture héritée de la colonisation. Saint Louis est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco et mérite vraiment de s’y arrêter et de profiter des nombreuses manifestations culturelles qu’elle offre tout au long de l’année.
Non loin de Saint Louis, le Parc national de la Langue de Barbarie abrite une réserve ornithologique dans laquelle vous observez des goélands, des pélicans, des flamands roses, divers hérons, des aigrettes… Cette langue de terre d’une quinzaine de kms est aussi un lieu de pontes pour les tortues.
Le Parc du Djoudj est considéré comme la troisième réserve ornithologique mondiale. Lors des périodes de migrations (décembre à avril), les oiseaux venants des pays du Nord viennent s’installer dans ce large cours d’eau. On recense plus de 360 espèces dont des flamants roses, des ibis royaux, des pélicans etc… et une population de près de 3 millions d’oiseaux en haute saison !

-La Casamance dans le Sud du Sénégal :
La Casamance est une des plus belles régions du Sénégal ; En randonnée, en pirogue, en véhicule, la Casamance offre des paysages tropicaux verdoyants, d’importants cours d’eau, des forêts, des mangroves, des vergers et des rizières qui lui donne son nom de « grenier du Sénégal » ! C’est aussi un lieu propice à l’observation des oiseaux et l’endroit idéal pour profiter des belles plages du pays (Cap Skirring, Kafountine et Abéné…)

-Le Sénégal oriental et le parc de Niokolo Koba :
Ce parc animalier classé au Patrimoine naturel mondial par l’Unesco et Réserve de la biosphère internationale, couvre plus de 900 000 ha. Entre savanes, marécages, forêt de mangroves… vous pourrez observer plus de 80 espèces de mammifères (lions, buffles, antilopes, hippopotames…) et une multitude d’oiseaux migrateurs (environ 350 espèces recensées). Niokolo Koba est la représentation de la faune et la flore (1500 espèces de plantes) que l’on retrouve en Afrique de l’Ouest.

Encadrement local :
Les guides sont tous diplômés, souvent titulaires d'une licence ou une maitrise universitaire, ils maitrisent parfaitement la langue française.
Dans certaines régions traversées du Sénégal, ils auront le soutien de guides locaux spécialisés dans des thématiques spécifiques.
La notion de l'accueil étant inscrite dans leur gênes et ils aiment beaucoup partager leurs connaissances et leur maîtrise du terrain. N'hésitez pas à leur poser des questions, ils se feront une joie d'y répondre !
-Dans le cadre des séjours "jeunesse" en partenariat avec "Grandir aventure", le voyage sera accompagné d'un guide local/chauffeur, d'un cuisinier local (en fonction de la taille du groupe) et d'un Directeur BAFD et un animateur BAFA (conforme à la législation de la DDCS).
-Lors du séjour "Balade sénégalaise en mobylette", un véhicule d’assistance transportera vos bagages pendant tout le parcours et un guide mécanicien sera à votre disposition.
-Durant le voyage "Dans la peau d'un nomade", un accompagnateur expérimenté suit le groupe durant tout le circuit. A Diogo, les âniers seront recrutés dans le village même. Une fois sur Lompoul, les villageois prendront en charge le transport des bagages par charrette. Enfin, les nomades du désert prendront le relais pour la partie Lompoul /Saga et ainsi de suite …

Transport terrestre :
Durant les circuits, les transferts sont réalisés essentiellement en minibus climatisé, dont la capacité peut varier en fonction du nombre de participants.
Certains séjours alternent marche et transfert en véhicule, d'autres peuvent être essentiellement tournés vers la randonnée (marche entre 2 à 3 heures / jour). L'approche à pied favorise la découverte et la rencontre. Pas de dénivelé important et de difficultés particulières.
Lors du séjour "En pays Tarenga" (Séjour jeunesse "grandir aventure"), la découverte de la Casamance se fera en pirogue, VTT et randonnée pédestre.
Pendant le séjour "Balade sénégalaise en mobylette", un véhicule d’assistance transportera vos bagages pendant tout le parcours et un guide mécanicien sera à votre disposition.La découverte Le mauvais état des pistes et l’absence de route, dans certaines régions sénégalaises rendent les transferts fastidieux, longs et difficiles ! Nous faisons appel à votre indulgence et vous prions de considérer que ces trajets sont les seules solutions pour découvrir des lieux exceptionnels !
N'oubliez jamais : en Afrique, on sait à peu près quand on part, mais on ne sait jamais à quelle heure on arrive. Cela fait partie intégrante du voyage. Il faut le savoir et l'admettre.

Hébergement et bivouac :
L'hébergement varie en fonction du type de circuits que vous aurez choisi pour découvrir le Sénégal.
Les nuitées alternent entre auberges, hôtels et bivouacs.
-Pour les séjours « Traversée du Saloum en rando-bateau » et « Pays Bassari et parc du Niokolo Koba », les nuitées se font essentiellement en campement, en bivouac et en auberge. Pour les bivouacs, un matelas mousse est fourni, mais il faut prévoir un sac de couchage (décembre janvier février) ou un sac drap pour les autres mois.
Nous vous demandons de participer à l’installation du bivouac (déchargement des bagages, du matériel, installation de votre matelas et de votre tente si vous en avez reservée une...) afin que le repas du soir ne soit pas trop tardif.
Les bivouacs se déroulent dans des endroits préalablement choisis par votre guide; Parfois à l’abri des véhicules ou dans la brousse. La précarité du confort et l’absence d’eau pour la toilette rendent les conditions parfois difficiles !
Les petites bêtes… Présence possible de scorpions et de serpents. La vigilance est de mise sans affolement : sacs fermés le soir, chaussures rentrées dans les sacs et taper ses chaussures avant de les remettre !
-Pour les voyages « Dans la peau d’un nomade » et « Balade sénégalaise en mobylette » : vous serez logés en Ecogite à NGUERIGNE ; Les cases sont construites avec de la terre cuite, et sont implantées au cœur d’un verger d’arbres fruitiers. Pour les bivouacs, tout le matériel est fourni (matelas, vaisselle…) excepté les sacs de couchage ou draps sacs. Les lieux choisis pour bivouaquer, sont des sites repérés stratégiquement par nos guides. Le campement dans le désert de Lompoul est un endroit féerique où vous logez sous des tentes maures en plein désert. Ce lieu vous séduira par son originalité. L’auberge Atlantic (ou similaire) est une structure à taille humaine où la teranga saint louisienne prend tout son sens.
-Dans le cadre de notre séjour « En pays Teranga », en partenariat avec l’organisme « Grandir aventure », l’hébergement à Dakar se fera en auberge de jeunesse ; Puis en maison simple (mais ayant toutes les commodités) durant le reste du séjour.
-Pour l’ «Immersion solidaire » : Avec le concours des villageois de Roni Ndegou, un village solidaire a été mis en place pour l’hébergement des participants. Vous logez dans des cases peuls avec un aménagement sobre, une grande tente à palabre pour recevoir le soir les villageois afin d’échanger autour d’un thé. Le village donne directement sur la plage.
Des sanitaires communs sont à disposition et toute la literie est fournie. Le village est équipé d’un panneau solaire pour l’éclairage et pour recharger vos appareils.

Cuisine / Nourriture :
A part dans les villes ou les sites touristiques (auberges, campement, hôtels...), les repas sont préparés par un cuisinier qui vous accompagne durant votre circuit.
La cuisine est donc une nourriture d’expédition à base de produits secs, conserves et produits frais, en fonction des possibilités de ravitaillement.
On retrouve beaucoup de féculents (pâtes, riz, semoule...) nécessaires pour les circuits en brousse, mais aussi de la viande, grillée ou en cuisinée en sauce avec des légumes. Les repas du midi seront principalement froid sous forme de pique-nique; les diners seront chauds élaborés par le cuisinier ou par vos hôtes du moment.
La cuisine sénégalaise est un pan de la culture sénégalaise. Influencée par les différentes vagues d’occupation étrangères (Arabe, Portugal, Angleterre, Hollande, France…), c’est une cuisine aux multiples saveurs ! Le riz et le mil sont souvent la base des plats traditionnels, auxquels s’ajoute de la viande ou du poisson et des légumes. Lors de votre voyage, n'hésitez pas à goûter quelques mets répandus comme : le Poulet Yassa (du riz accompagné de poulet mariné au citron), le Tiéboudienne ou Thiébou dieune (un mélange de riz, de poisson et de légumes), le Maffé de poulet (poulet cuit dans une sauce élaboré avec du beurre de cacahuètes), le dem à la Saint-louisienne (mulet farci de pain et d’herbes) ; Vous trouverez de nombreux beignets et viandes grillées en tant que street-food.
Le repas peut s'achever par des fruits de saison tels que des mangues, des oranges, des papayes, des pamplemousses...
Votre participation à l’élaboration du repas est vivement appréciée. Cela permet de ne pas perdre trop de temps dans la préparation du déjeuner ou du dîner. Repas pris à terre sur des nattes et matelas.
Vous pouvez apporter avec vous des barres de céréales ou compléments énergétiques.

Boissons :
Au Sénégal, il ne faut jamais boire de l’eau du robinet. De même il est formellement déconseillé de consommer des glaçons. Consommer de l'eau minérale en bouteille et les sodas en vous assurant qu'ils soient bien capsulés et qu'ils soient ouverts devant vous. Tout ce qui est à base d'eau bouillie tels que le café et le thé, ne posent pas de problème. N'hésitez pas à tester la bière locale "La Gazelle", pas très alcoolisée ou la Flag; Le vin de palme est également à tester, mais toujours à consommer avec modération ! Pour vous désaltérer, vous trouverez partout du thé à la menthe, mais également le Bissap une boisson nationale à base de décoction d'hibiscus. Les jus sont également excellents (tamarin, gingembre, bouye...), à condition qu'ils ne soient pas coupés d'eau ou agrémentés de glaçons.
Notez que les boissons, exceptés le thé et le café du petit-déjeuner, sont à votre charge durant votre séjour.
Sur les étapes où le ravitaillement en eau minérale en bouteille n'est pas possible, les guides trouveront des points d'eau potable; Toutefois il est impératif de traiter votre eau au "micropur" ou équivalent. Nous vous laissons le soin de traiter personnellement votre eau. Pour une optimisation de votre gestion de l'eau, vous pouvez prévoir deux gourdes dont la contenance est idéalement d'un litre.
L’eau pour la boisson ne vous sera jamais restreinte, en revanche, nous remercions chacun de n’en user que le minimum pour sa toilette.

Budget et change :
La devise au Sénégal est le franc CFA (XOF); taux indicatif au 15/07/2018 : 1 € = 655,957 Franc CFA (XOF)
Vous pouvez changer vos euros depuis la France, mais également dans les aéroports une fois arrivés sur place ou dans les banques.
Les banques au Sénégal sont ouvertes tous les jours exceptés le samedi et dimanche, de 8h30 à 11hOO et de 14h30 à 16h00. Le change se fait de préférence à partir d'espèces.

Décalage Horaire :
1h00 de moins en hiver et moins 2 heures en été, par rapport à la France.
Lorsqu'il est 12h00 en France, il est 11h00 à Dakar en hiver et 10h00 en été !

Électricité :
220 V. Les prises sont identiques aux prises européennes. Vous pouvez brancher (quand c'est possible...) tous vos appareils électriques sur le secteur, comme en France.
Cependant excepté en ville... vous n'y aurez pas ou peu accès pendant votre séjour.
Pour vos appareils photos, GPS, lampes de poches, etc. prévoyez l’autonomie de vos batteries ou piles. Ne comptez pas sur l’allume-cigare des véhicules !

Couverture GSM :
Au Sénégal, la couverture réseau mobile est bonne, exceptée dans certaines zones reculées du pays.
Sur nos circuits, les guides sont équipés de téléphones cellulaires, leur permettant d'être joignables partout et de parer aux urgences lorsqu'il y en a.

Informations utiles pour appeler à l'international :
- Pour appeler depuis la France vers le Sénégal : 00 + 221 + le numéro de l'interlocuteur.
- Pour appeler depuis le Sénégal vers la France : 00 + 33 + le numéro de l'interlocuteur à 9 chiffres (ne pas composer le 0 initial).
Renseignez-vous des coûts de communication auprès de votre fournisseur d'accès (forfait monde), afin d'éviter de désagréables surprises à votre retour !

Internet :
On rencontre quelques cyber-cafés dans les grandes villes (Dakar, Thiès, Kaolack...) où vous avez la possibilité de vous connecter à moindre coût.

Informations sur le Sénégal


Environnement :
Lors de nos séjours, nous apportons une réelle importance à respecter les hommes et la nature qui nous entourent. Les échanges et les souvenirs n'ont seront que plus beaux.
Même si le gouvernement sénégalais déploie des moyens dans le domaine de la protection de l’environnement, le pays reste confronté à de nombreux problèmes comme l’érosion des côtes océaniques, la surexploitation des ressources naturelles et une mauvaise gestion des déchets ; la sécheresse et la forte croissance démographique dans un pays principalement rural, engendre une déforestation massive qui favorise la désertification des milieux et un appauvrissement de la biodiversité. Afin de parer à ces problèmes, le gouvernement a mis en place une politique nationale d’électrification, qui donne la priorité aux énergies renouvelables. D’autre part, le projet de « Grande muraille verte » a été mis en place et a permis de reboiser plus de 40 000 ha !
Les changements climatiques mais également la forte concentration humaine sur les côtes lors de ces dernières décennies, ont fortement impacté l’environnement marin et côtier au Sénégal. Mais grâce à l’aide internationale, l’état a consolidé quelques zones de côtes ;
Le Sénégal compte de nombreux parcs nationaux (dont le Parc Niokolo-Koba et le Parc du Djoudj qui sont classés au Patrimoine naturel mondial par l’Unesco), réserves naturelles (Réserve de M’Bour…), réserves fauniques (réserve du Ferlo…), forêts classées et aires marines protégées. Le pays entend continuer préserver ces territoires naturels et signent dans ce sens, de nombreuses conventions internationales telles que la convention de Ramsar sur les zones humides.
Concernant la gestion des déchets, le gouvernement agit surtout sur Dakar… et la population est malheureusement peu sensibilisée à cette problématique engendrant des pollutions de l’air et des eaux, ajoutant encore des menaces supplémentaires pour l’homme et l’environnement.

La nature
L’environnement rencontré est exceptionnel mais fragile. Il serait triste de le transformer en dépôt d’ordures. Pour que ces espaces conservent leur pureté, il faut laisser le minimum de traces de votre passage. Aussi, veillez à ne rien jeter à la légère. Chaque soir au bivouac un grand sac poubelle est à votre disposition et une personne de l’équipe se charge d’en brûler le contenu. Notre astuce prévoir : un petit sac plastique dans votre sac à dos pour rassembler vos déchets de la journée (mégots de cigarettes, lingettes, papier toilette…) que vous videz le soir dans le grand sac poubelle.
De même, nous vous invitons à remporter avec vous les déchets polluants difficilement recyclables tels que piles, poches plastiques…
Le Sénégal présente des écosystèmes fragiles; Eviter de sortir des sentiers tracés et de piétiner les zones vierges. Eviter également tout prélèvement dans la nature (pierres, fleurs...).
La problématique de l'eau est un phénomène mondial; Aussi, nous comptons sur vous pour la consommer raisonnablement.

Us et coutumes :

Les hommes
Au cours de votre voyage, vous entrerez en contact avec les populations locales.
Les différentes communautés que vous allez rencontrer sont de nature hospitalière et avenante. Toutefois la chaleur de leur accueil dépendra de votre comportement. Le premier rapport est déterminant. Soyez donc courtois et respectueux (en ne photographiant pas tout de suite par exemple) et très rapidement la relation s'installera dans le respect. Inversez les rôles : que diriez-vous à des touristes qui, descendant de leur car, photographient votre intimité, vos faits et gestes sans même vous avoir salué ? La courtoisie est de mise dans les rapports tant avec l’équipe qui vous accompagne qu’avec les gens que vous rencontrez.
Saluez-les et respectez le temps consacré aux salutations.
Les salutations sont incontournables : Au Sénégal, il est d’usage de dire « Bonjour » à tout le monde et à toutes occasions. Pour cela, dites « Salamaleikum » auquel on répond « Aleikum Salam » ; Ensuite, on demande des nouvelles de la famille !
Les sénégalais prennent leur repas sur une natte ; on s’y installe pieds nus, soit en s’asseyant sur un petit siège ou en étant accroupi. Le plat est commun, et on le mange uniquement avec la main droite (la main gauche étant considérée comme impure) ; Le repas débute uniquement quand l’hôte de la maison ait dit « bismilahi » ; la coutume veut que les hommes mangent avant les femmes et les enfants.
Moment de convivialité, la cérémonie du thé est un rituel auquel il faut participer ; 3 verres de thé se succéderont qui selon un proverbe touareg : « le premier est âpre comme la vie ; le second est doux comme l’amour, le troisième est suave comme la mort. »

Tenues vestimentaires
Certaines coutumes religieuses imposent le respect de quelques règles. Il convient notamment de toujours être vêtu convenablement : éviter les jupes et shorts trop court et les débardeurs trop "plongeant" ! Dans les lieux de cultes, veilliez à couvrir vos épaules. Prévoyez au cas-où dans votre sac, un "chèche" ; et si vous n'en avez pas... on en trouve à acheter partout sur place.

Photographier (ou filmer) oui mais...
Il n’est pas d’usage de photographier les populations sans leur autorisation. Photographier quelqu’un à son insu, peut provoquer une grande discorde pouvant aller jusqu’à la confiscation ou destruction de votre appareil photo ! Attendez qu'ils vous le proposent. Prenez le temps de quitter l'oeil de votre objectif et privilégiez les échanges avec la population; Vous reviendrez de votre séjour bien plus riches d'émotions, de connaissances et de souvenirs à partager.
L’avènement des smartphones et des "selfies" a beaucoup modifié le rapport à l'image. La photographie est désormais monnaie courante. En revanche, ce phénomène reste très "générationnel" ; aussi, assurez-vous que votre sujet soit d'accord avant de le photographier.
Pas de photo des zones militaires, aéroport, poste de police, prisons, lieux de culte, etc.
Il n’y a évidemment pas de questions à se poser et évidemment pas de problème pour photographier la nature et les paysages.

Les pourboires
Ce geste de remerciement, variable selon l’itinéraire et la durée, est très attendu et plutôt conseillé de notre part. Une cagnotte est constituée, remise à la fin du voyage aux membres de l’équipe.
Cependant, il est important que le pourboire reste une gratification, nos équipes étant très correctement rémunérées par ailleurs. Nous vous invitons à ne distribuer des pourboires que si le service a répondu à vos attentes, et de réduire cette somme si les prestations n’ont pas été suffisantes, en expliquant pourquoi, afin de conforter notre travail pédagogique.
Montants recommandés, cette somme prenant en compte le niveau de vie afin de ne pas déstabiliser les équilibres économiques :
- Chauffeurs : 2 à 4 euros par participant et par jour.
- Guide : 3 à 5 euros par participant et par jour
Ne vous laissez pas aller à de la distribution frénetique de "petits cadeaux", notamment auprès des enfants très souvent en quête de pouvoir obtenir quelque chose de votre part. Il est préférable de se rapprocher d'un interlocuteur privilégié (votre guide par exemple), qui pourra vous orienter vers une structure scolaire ou autre accueil social dans laquelle chaque don (cahier, stylos, livres, vêtements etc...) sera redistribué équitablement et couvrira les besoins des nombreux bénéficiaires. Ainsi, vous ne contribuerez pas à faire augmenter les actes de mendicités.
 
Souvenirs
Au Sénégal, la majorité des souvenirs sont réalisés localement. N'hésitez pas à favoriser l'achat d'artisanat afin de soutenir le savoir faire local.
Quelques incontournables :
- Les vanneries; les poteries qui sont réalisées par les Diolas et que l'on trouve surtout en Casamance.
- La confection d'objets en bois d'ébène : Statues, sculptures, masques, plats, cannes, jeux de société... On en trouve un peu partout dans les rues, mais également dans des villages artisanaux tel que celui de Soumbedioune; Dakar est un lieu réputé pour faire des achats d'art traditionnel.
- Les bijoux inspirés de l'art traditionnel; ils sont très souvent en argent avec des motifs ciselés.
- Tableaux de sable
- Des tissus de coton très colorés, des pagnes, des broderies;
- Instruments de musique : Djembé
- Peinture sur verre: les plus renommées sont celles de l'île de Gorée.
- Noix de cajou et arachides
Marchander est une institution...donc lors de vos achats de souvenirs, prenez le temps de discuter chaleureusement avec votre interlocuteur afin de faire baisser les prix ; Selon les objets, le prix peut être divisé par 2 ou 3. N'oubliez pas que la plupart des articles ont été réalisés par des artisants locaux, donc il ne s'agit pas de dévaloriser leur travail. N'hésitez pas à demander discrètement conseil à votre guide.
Préférer les petits billets aux grosses coupures.

Divers
Éviter de donner des cadeaux aux enfants ! Que ce soit des bonbons, des vêtements ou des stylos, ces présents encouragent la mendicité et favorisent donc l’analphabétisme (on ne peut pas attendre les touristes pour quémander et être à l'école en même temps).

FORMALITÉ ADMINISTRATIVES

Passeport :
Passeport valable 6 mois avant la date de retour pour les ressortissants français.
Les mineurs doivent posséder leur propre passeport. Pour tout renseignement concernant la sortie du territoire des personnes mineures, nous vous invitons à vous rapprocher de votre mairie.
Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.
Nous vous conseillons, lorsque vous voyagez, d’avoir en permanence sur vous les photocopies de vos papiers d’identité (en cas de perte ou de vol des originaux).

Visa :
Les ressortissants français désirant se rendre au Sénégal pour un séjour de moins de 90 jours sont exemptés de visa.
Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Ambassade du Sénégal à Paris
14, avenue Robert Schuman
75007 Paris
Tel : 01.47.05.39.45
Courriel : repsen@wanadoo.fr

FORMALITÉS DE SANTE

Vaccin obligatoire :
Aucune vaccination n'est obligatoire.

Vaccins conseillés :
La vaccination contre la fièvre jaune n’est pas obligatoire mais vivement conseillée (à faire dans un centre agréé) – surtout lorsqu’on voyage en brousse.
Il convient d'être à jour de vos vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, coqueluche.
(selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B et contre la méningite bactérienne; la rage.
La vaccination antituberculeuse reste préférable.
Toutefois n’étant pas habilités à vous conseiller sur ces points, nous vous invitons vivement à consulter votre médecin traitant.

Prévention paludisme
L’anophèle, moustique transmetteur du virus du paludisme, est essentiellement actif la nuit. La meilleur des préventions contre le paludisme est d’éviter de se faire piquer. L’utilisation de produits répulsifs et le port de vêtements longs sont donc recommandés. Dormir sous moustiquaire (ou sous tente) aussi. Mais vous pouvez également suivre un traitement antipaludéen en demandant conseil à votre médecin traitant. Pour l’information, le paludisme est présent toute l’année au Sénégal, y compris à Dakar. 

Risques sanitaires :
Nous sollicitons votre vigilance sur l’hygiène, qui doit être une préoccupation permanente, pour éviter la turista, mais aussi pour éviter des infections plus préoccupantes. Nous vous conseillons vivement de laver ou désinfecter vos mains avant de manger.
Se munir d'un désinfectant pour l'eau, type Micropur, d'un antiseptique intestinal, de collyre, de paracétamol, antibiotique, de traitement pour les maux de gorge, etc...et de tous vos médicaments habituels.
Prévoyez avant le départ un examen dentaire pour éviter des désagréments sur place ainsi qu'une visite médicale.
Pour accéder directement à la page du ministères des affaires étrangères, rubrique "conseils aux voyageurs" , cliquez ICI
false
    Accéder au comparateur
    • Annuler la sélection ?
    • Vous ne pouvez pas sélectionner plus d'élements
    https://www.point-voyages.com/fr/compare/
    Inscription à la newsletter
    La lettre d'info vous sera envoyée plusieurs fois par mois.
    Découvrez de nouveaux voyages, de nouvelles thématiques,
    et soyez alerté de nos bons plans !
    Rejoignez la communauté Point-Voyages
    false
    Nous contacter